Vidéo Jibe-set 4-6 noeuds

12 01 2009




Exercice 7 : Les 8 avec empannages

10 01 2009

C’est un exercice très répandu pour les skiffs.

On place deux bouées sur une même ligne de gain au vent pas trop éloignées.

On fait des 8 autour des bouées avec empannages à chaque passage de bouée.

Toutes les conditions de vent sont intéressantes pour cette exercice.

On travaille l’assiette longitudinale et latérale, l’abattée, l’empannage, l’enroulée de bouée.

C’est idéal pour apprendre à gérer le déplacement de l’un par rapport à l’autre lors de la manœuvre.

Petite variante on peut faire la manœuvre de trois manière :

1 le barreur garde la GV en continu

2 l’équipier garde la Gv en continu

3 on échange les écoutes au fur et à mesure de la manœuvre afin d’être le plus efficace

p1010497





Exercice 2 : Travailler la trajectoire

10 01 2009

Exercice :

Placer une bouée proche de la marque au vent : décalée sous le vent et à gauche.

Le but étant de passer entre les deux marques lors de l’abattée.

Intérêts :

être prêt à abattre à la marque.

savoir enrouler la marque avec une trajectoire intérieur : avoir un peu de marge sur la lay-line pour pouvoir enrouler plus vite la marque.

Critères de réussite :

On doit au passage de la seconde bouée avoir encore de la vitesse et un bateau à plat prêt à loffer ou empanner.

Porter l’attention sur :

La lay-line en entrée de manœuvre, la difficulté de réussite est directement liée à l’approche de la marque.

Plus la lay-line est sérrée et plus la manoeuvre est dure à réaliser et inversement.





Jibe-set 17 à 25 noeuds

7 01 2009

Descriptifs :

Sur le cadre tribord au près.

Approche de la marque au vent.

Enrouler puis empanner pour partir au portant en bâbord

Vent : entre 17 et 25 nœuds, au trapèze à fond en surpuissance au planning.

Déroulement de la manœuvre :

En approche de la marque :

L’équipier choque le hale-bas et le cunningham.

Le barreur donne l’écoute de foc à l’équipier puis récupère celle de Gv.

L’équipier ouvre le foc avant la marque.

Le barreur abat en choquant la grand-voile, le bateau doit garder une assiette plate.

On passe l’empannage le plus tôt possible afin de bénéficier du plus possible de la vitesse de l’abattée. Du coup le passage de la Gv est moins violent. L’équipier fait passer la bôme puis  hisse le spi.

Le barreur rentre aussi, l’idéal étant d’être du nouveau côté juste avant que la voile passe. Puis, il monte au trapèze le plus vite possible en gardant le bateau à plat tout au long de la manœuvre.

L’équipier peut monter au trapèze au plus tôt, le barreur suivra à la barre pour maintenir l’assiette latérale.

Les difficultés :

Gérer la vitesse pendant l’abattée, le bateau va vite, il est dur de gérer la trajectoire et simultanément la rentrée du trapèze.

Ne pas faire de fautes d’assiettes, si l’on va à l’encontre du bateau c’est le dessalage assuré.

Points clés :

A l’inverse des autres abattées, le barreur doit rentrer en même temps que l’équipier afin qu’il puisse passer plus rapidement du nouveau côté.

Faire une belle abattée afin que le bateau ait le maximum de vitesse pour que l’empannage passe plus facilement.

L’œil de l’entraineur :

Placez-vous au vent de la bouée dans l’axe du vent.

Attention à ne pas être sur la trajectoire du près si le bateau va « tout droit ».

Se concentrer sur le déplacement des deux équipiers l’un par rapport à l’autre.





Jibe-set 4 à 17 noeuds

7 01 2009

Descriptif :

Sur le cadre tribord au près.

En approche de la marque au vent.

Enrouler puis empanner pour partir au portant en bâbord.

Vent : entre 4 et 17 nœuds, de petit temps à planning

Déroulement de la manœuvre :

En approche de la marque :

L’équipier choque le hale-bas et le cunningham.

Le barreur donne l’écoute de foc à l’équipier puis récupère celle de Gv.

L’équipier ouvre le foc au fur et à mesure de l’abattée.

Le barreur abat en choquant la grand-voile, le bateau doit garder une assiette plate.

L’équipier rentre hisser le spi.

Le barreur rentre aussi un peu, il garde le bateau au vent arrière tribord tant qu’il reste suffisamment de vitesse. Avant que la vitesse  ne chute trop le barreur passe l’empannage et annonce à l’équipier le passage de la voile.

Celui-ci peu du coup se préparer aux changements d’appuis.

Le barreur lofe, sort au trapèze, l’équipier borde le spi et vient se mettre au vent suivant la force du vent.

Les difficultés :

Empanner au bon moment, si l’empannage est trop tôt le spi reste bloqué au vent s’il est trop tard le bateau sort sans vitesse de la manœuvre.

L’assiette en sortie d’empannage est dure à maîtriser.

Points clés :

Le moment de l’empannage est primordial. Il faut le retarder un maximum en restant sur la vitesse de l’abattée afin de gagner sous le vent et que l’équipier ait le plus de temps possible pour monter le spi qui sort sous le vent.

L’assiette en sortie d’empannage est très importante pour que le spi gonfle vite et redonne de l’appui pour sortir au trapèze. Il faut pas mal de gîte sans que cela freine.

L’œil de l’entraineur :

La meilleur voir la seule position est au vent de la bouée, sinon on se retrouve sur la trajectoire ou trop loin.

Fixer son attention sur la vitesse du bateau au moment de l’empannage ainsi que sur l’assiette latérale en sortie d’empannage.





Exercice 5 : Jibe set gérer l’empannage

5 12 2008

Exercice :

Arriver lay-line tribord :
Sans hisser le spi : garder un maximum de vitesse lors de l’abattée qui doit être assez prononcée (on veut empanner)
Le but étant d’empanner le plus tard possible mais avant que la vitesse ne chute (on retarde l’empannage pour l’équipier ait le temps de hisser le spi un maximum avant l’empannage).
Il faut empanner avant que la vitesse ne chute pour que le passage de la voile se fasse dans le mouvement.





Exercice 3 : Garder la speed

5 12 2008

Exercice :

Abattre sans mettre le spi : cela oblige à se focaliser sur la vitesse du bateau.

A faire en boucle pour trouver les astuces pour garder le plus de vitesse possible.

Technique :

penser à s’avancer un maximum (si les conditions le permettent)

trouver l’angle d’abattée max avant la décélération

trouver le bon pré réglage de hale-bas