Le 49er

LE 49ER

Descriptif

Caractéristiques

Les autres spécificités :

L’Equipage

Circuit de compétition

Le format de course

La France

Vidéo


Descriptif

Le Fortyniner (49er) est un monotype à deux équipiers, ouvert aux équipages
mixtes ou masculins. Inspiré des 18 pieds australiens, ce bateau est doté
d’une coque ultra légère offrant une glisse maximale et une accélération
continue qui lui permet de planer. L’énorme surface de voilure fait que le 49er
atteint sa puissance maximale aux alentours des 12 nœuds de vent.
Dessiné par l’architecte Australien Julian BETHWAITE, ce bateau a été choisi
par l’ISAF pour les Jeux Olympiques de Sydney 2000.
Né en 1996, c’est le bateau le plus jeune de toutes les séries olympiques.
Les principales innovations qui font le succès auprès de ses pratiquants :
-Son spi asymétrique et le double trapèze.
-Sa simplicité au niveau de l’accastillage.

Caractéristiques

petitdsc08035

Le 49er : 125 kg pour 60 m2 de voile.
La coque et ses ailes :
Longueur : 4,99 m
Largeur : 2,90 m (ailes déployées)
Poids : 125 kg
Le gréement :
Mât : 8,23 m
Bôme : 2,80 m
Bout-dehors : 2,50 m
La surface des voiles :
Grand-voile : 15,00 m2
Foc : 6,70 m2
Spi asymétrique : 38,00 m2
Appendices :Safran et dérive sabres

Les autres spécificités

Le centre de gravité du 49er est particulièrement haut. Sans vent, lorsqu’on
le pose sur l’eau, il ne peut rester à l’horizontal, il dessale immédiatement.
C’est comme un vélo, pour obtenir de la stabilité il faut prendre de la vitesse!
Le hale-bas est un système innovant, au lieu d’être situé au-dessous de la
bôme, comme la majeure partie des bateaux, il est placé au contraire au dessus.
Désormais le hale-bas travaille en poussant et non pas en tirant la
bôme vers le bas. Son rôle est identique, par contre il libère de la place sous
la bôme et ouvre le champ de passage pour l’équipier lors de manœuvres.

Il est fixe sur le mât et la bôme, un système de levier très puissant permet
d’en prendre plus ou moins.
L’écoute de Grand-voile a la particularité de se prendre au niveau de la
bôme et non pas d’une tourelle au fond du bateau, comme de nombreux
dériveurs de type 470, Laser, Tornado… Ce choix permet là encore de libérer
de l’espace pour faciliter le passage d’un bord à l’autre, et favorise donc les
manœuvres. De plus, cette position permet une régulation plus naturelle au
trapèze.

L’équipage

Gabarit
En règle générale, les équipages performants se situent entre 147 kg et 155
kg. En dessous de ce poids, il est impossible de compenser techniquement
ce déficit dans la brise pour obtenir une vitesse compétitive.
En revanche, être au-delà procure une certaine aisance dans la
brise, ce qui n’est pas négligeable sur ce bateau. Par contre le petit temps
clapoteux et le vent arrière jusqu’à 15 nœuds deviennent les conditions les
plus difficiles.
La particularité de ce bateau est d’avoir le barreur et l’équipier au trapèze, ce
qui est assez rare en monocoque. Ceci implique une certaine homogénéité
des gabarits, la grande taille est toujours un avantage, pour plus de couple.

Circuit de compétition

Un circuit de coupe du monde dites de Grade 1

Melbourne Décembre

Miami Janvier

Palma Avril

Hyeres Avril

Medemblick Mai

Kiel Juin

A cela nous rajoutons un championnat du Monde et un d’Europe qui changent de lieu toutes les années.

Également des épreuves dites de Grades 2 et quelques épreuves nationales dont Le grand prix de l’armistice à la Toussaint à Hourtin

Le format de course

Les régates sont toujours des parcours bananes de 2 à 4 tours suivant le vent et le lieu.

Le temps de course est d’environ 30 min et jusqu’à 5 courses peuvent être courues par jours.

Les flottes de bateaux sont réduites à 25.

Le format le plus courant est 3 jours de qualification à X groupes de 25 bateaux.

Puis 2 jours de finales : les 25 premiers des qualifications passent en rond or

les 25 suivant en rond argent

etc….

Et enfin, la medal race le dernier jour où les 10 premiers courent ensemble sur une manche courte qui compte double et ne peut être enlevé.

La France

Le nombre de participants français est assez faible de part la difficulté d’approche du support mais également de séries jeunes plus orientées vers le dériveur « classique ».

Nous sommes environ une dizaine à pratiquer le support en France.

Le 49er Français s’est qualifié 3 fois sur 3 participations aux Jeux olympiques :

Dimitri DERUELLE et Philippe GASPARINI en 2000 à Sydney 14ème

Marc AUDINEAU et Stéphane CHRISTIDIS en 2004 à Athènes 11ème

Manu DYEN et Yann ROCHERIEUX en 2008 à Pékin 10ème

Le niveau de la série évolue et on devrait avoir des équipages capables de se battre pour les podiums lors de la prochaine olympiade.

3 responses

17 10 2010
Mme AXIOTIS

c est super mon stephane chéri….. je me suis régalée avec toutes tes photos, tu es le plus grand dans tous les sens ; je vais t’envoyer ce message et réponds moi si tu le reçois car je ne sais si cela va être parti ou effacer ?????
et je t’écrirai plus souvent ta mamie qui t ‘adore et qui attends Noel avec impatience pour te serrer dans ses brad

14 12 2010
MARIE CLAIRE HARDELIN

Un grand merci pour votre visite sur le stand de la douane : vous êtes super symphatiques et ouverts. Bravo pour vos performances.
Marie Claire

28 09 2013
Livialara

Aller stephane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :