Données théoriques à propos du déplacement de la coque dans l’eau

4 12 2008

Hélène METIVIER Septembre 1988

Éditeur : Ecole nationale de voile Beg-Rohu

Mémento théorique : Cette ouvrage traite entre autre de :

Eléments caractéristiques de la carène influençant la valeur des résistances

Paramètres influençant les éléments caractéristiques d’une carène donnée

La stabilité





Les voiles Comprendre Régler Optimiser

3 12 2008

Bertrand CHERET 1997

Édition : Chiron

Du réglage du gréement à celui de la grand-voile ou du génois, de l’influence du vent et de la mer sur la vitesse du voilier, en passant par la marche au près ou au portant.





Cahier des régates n°67

3 12 2008

Juin 2002

Article pages 8 à 18

Plus vite : Les secrets des nouveaux dériveurs : le 49er par Dimitri DERUELLE





Cahier des régates n°57

3 12 2008

Juin 2001

Pages 3 à 6 : Tactique stratégie : La bouée au vent par Philippe PRESTI





Cahier des régates n°53

3 12 2008

Février 2001

Pages 3 à 5 : tactique Stratégie : La bouée au vent par Mathieu RICHARD





Cahier des régates n°118

3 12 2008
Cahiers de Régates nº118 Juillet 2007
Cahier de Régates n°118
[ Commander ]
Stratégie & Météorologie \ Micro-météorologie
Naviguer dans le Solent par Jean-Yves Bernot

Tactiques & Stratégies \ Match Racing
Analyse de quelques match de la Coupe Louis Vuitton par Mathieu Richard

On refait la régate … au bistrot \ Autres sujets
Jean-Baptiste Bernaz Vise champion du monde de Laser par Christian Ponthieu

Manoeuvre \ Autres sujets
Soignez vos enroulées de bouées par Christian Ponthieu


Règles de course \ Autres sujets
Cas 8 et 69 par ISAF




Etude des spécificités techniques du 49er

3 12 2008

Analyse technique de la conduite en situation de régate

Dimitri DERUELLE Mémoire BEHN 2eme degré 2002

La pratique du 49er s’appui sur sa vitesse, comme le dit Dimitri DERUELLE dans son mémoire: C’est comme un vélo, pour obtenir de la stabilité il faut prendre de la vitesse!

Je résumerais ce mémoire en m’appuyant sur ce point, la vitesse.

Tout devient plus facile avec la vitesse, le bateau gagne en stabilité, les déplacements de l’équipage sont plus fluides et moins amples, les manœuvres sont plus faciles de part une diminution du vent apparent. Ceci, spécifiquement sur l’abattée et l’empannage qui sont les deux manœuvres où le bateau est le plus surpuissant.

La vitesse élevée du bateau ainsi que des parcours assez court font évoluer également l’aspect stratégique et tactique en demandant à l’équipage une préparation avant manche et une réactivité pendant la manche très importante. Ceci appel a beaucoup de travail en amont sur la répartition des rôles et l’aspect décisionnel qui est dur à gérer de par la rapidité d’enchainement de la course.

Nous traitons ici d’un nouveau type de navigation qui demande une réadaptation complète de la méthode et de la philosophie d’approche d’un support.

Passages en rapport au blog :

3.2 marque au vent

2.2.2 L’abattée

schéma sur les champs de navigabilité